liens/links
  1. World Watch Institute Covering Climate Change
  2. Réchauffement climatique: les lacunes du president du GIEC
  3. Examining the validity of the published RCS Yamal tree-ring chronology
  4. Q&A: Professor Phil Jones principale victime du "climategate"
  5. Élévation de la température moyenne du globe
  6. points de mesure de la température moyenne du globe
  7. Le Claude Allègre nouveau au crible des écologistes
  8. "Climat en finir avec l'imposture" par Claude Allègre
  9. Polémique sur le Giec : ne jouons pas à la roulette russe avec le climat
  10. Robert Kandel La catastrophe climatique
  11. Changement climatique wikipedia
  12. Emmanuel Leroy Ladurie: histoire du climat au cours du dernier millénaire
  13. Laurent Cabrol et si la planète s'en sortait toute seule
  14. Claude Allègre
  15. Les média et le changement climatique : diffuser correctement l'information, mission impossible ?
  16. Le GIEC sous pression (médiatique!)
  17. Jean Marc Jancovici commente la polémique du "climategate"
  18. Les modèles climatiques
  19. Crédibilité des modèles climatiques
  20. le point de vue de Guillaume Duval alternatives économiques
  21. Jean Louis Borloo juge les propos d'Allègre très graves
  22. George Monbiot sur la relation scientifiques politiques et journalistes

Climat: les climato sceptiques et Claude Allègre
au devant de la scène pour dénigrer le GIEC
Que penser?

L'humanité continue de croître au rythme de 85 millions d'individus par an, c'est une certitude que nous serons 8-9 milliards en 2050; les dégâts que provoquent la population et la technique sur la planète en menaçant l'avenir de l'espèce humaine sont documentés dans de nombreux domaines. Pourtant on continue d'ergoter sur la validité des modèles du climat et à questionner la crédibilité des scientifiques spécialistes en ces domaines.

Le dénigrement du GIEC continue et s'amplifie. Claude Allègre en rajoute avec son dernier livre. Des journalistes s'y donnent aussi. Le sommet de Copenhague à ces égards est donc un double échec. Comment peut-on être aveugle à ce point?

Laurent Cabrol nous dit dans son livre "et si la planète s'en sortait toute seule" Cliquer. ... Il se réfère à Emmanuel Leroy Ladurie dans son histoire du climat au cours du dernier millénaire. Que le climat ait varié au cours de ce millénaire est bien documenté en effet comme l'a fait Leroy Ladurie - ce dernier a pourtant déclaré que l'homme et sa technique étaient sans doute responsables du dérèglement climatique. Il a varié plus encore dans les ères géologiques: beaucoup plus chaud durant le carbonifère; beaucoup plus froid durant le quaternaire. On peut citer -5° durant la dernière glaciation et l'Europe couverte de glaciers jusqu'à la méditerrannée. Mais le sujet aujourd'hui est plus sérieux car l'humanité a couvert la totalité de la planète; 6.7 milliards d'individus en 2010; une baisse de la fécondité partout dans le monde, forte dans les pays riches et la Chine; moins forte mais réelle dans les pays les plus pauvres; un phénomène qu'on constate mais qu'on explique pas totalement. Croissance absolue de la population mondiale de 1.4% soit 90 millions de plus chaque année. C'est donc une certitude qu'en 2050 nous serons entre 8 et 9 milliards. Impact de la population et de la technique humaine sur la planète: ses ressources non renouvelables minerais et matières énergétiques, l'environnement, la biodiversité, l'eau pour la consommation humaine et la production de nourriture...

Les incertitudes des études scientifiques sur le climat sont connues; elles concernent la relation entre les données paléoclimatiques et les mesures physiques obtenues depuis un siècle et au cours des 3 dernières décennies; les incertitudes concernent plus encore les modèles de prévision. Partant d'un ensemble de mesures qui suggèrent que la température moyenne du globe augmente, de sa relation avec les gaz à effet de serre produits par la technique, quelles prévisions utiles peut-on faire pour l'action? La modélisation numérique du climat a été tentée pour la première fois par Lewis Fry Richardson au début du 20è siècle. Au cours des années 1916-1918, il imagina de prévoir le temps à partir des équations primitives atmosphériques, les lois de la mécanique des fluides qui régissent les mouvements de l'air (pression, température, humidité). L'idée était de diviser la surface du globe en 3200 colonnes verticales de 200x230km de base dans lesquelles l'atmosphère est divisée en tranches d'altitude. L'évolution de toute colonne dépend de l'état des colonnes adjacentes. Cette modélisation ne put se développer faute de moyens de calculs. Aujourd'hui, les ordinateurs puissants modernes ont donné le moyen de faire tourner ces modèles. Mais les incertitudes demeurent, comme le montre l'impossibilité de prévoir le temps de manière précise à plus de 10-15 jours au maximum: l'atmosphère réelle après 10 jours et son image résultant de la modélisation numérique diffèrent à tel point que toute prévision météorologique devient inutilisable. Cela est dû à l'imprécision de la connaissance des conditions initiales à partir desquelles on fait tourner le modèle. Alors à l'échelle du siècle disent les climato sceptiques? Jean Marc Jancovici explique bien les modèles ici et en explique le degré de confiance ici.

Alors la polémique de "climategate" n'est-elle pas une affaire politico médiatique? C'est qui est suggéré ici.

Voir mon dossier "changement climatique"


Partager: facebook   Twitter


Mis en ligne le 19/02/2010 par Pierre Ratcliffe. Contact: Portail: http://pratclif.com  paysdeFayence: http://paysdefayence.blogspot.com   mon blog: http://pierreratcliffe.blogspot.com